Vous êtes ici :   Accueil » La belette
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Agenda
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://verlin-demain.com/data/fr-articles.xml

La belette est le plus petit de tous les carnivores français. Très commune, elle fait partie de la famille des mustélidés, comme l’hermine sa cousine, dont elle se distingue par la taille mais également par l’absence d’un pinceau touffu et noir à l’extrémité de la queue. De plus, elle ne mue pas entre les saisons et arbore un pelage brun-marron sur le dessus et blanc cru au dessous avec une ligne de séparation sinueuse et irrégulière sur les flancs.

Il existe un « dimorphisme sexuel » très net puisque les femelles sont beaucoup plus petites que les mâles. Ainsi ce dernier pèse environ 120 grammes et seulement 60 pour la femelle… Son corps mince et allongé (18 à 23 cm) et ses membres courts, donnent à la belette une allure générale souple et vermiforme. Son territoire couvre entre 1 et 15 hectares, il est marqué avec l’urine, les crottes et la sécrétion des glandes annales. Sa présence est souvent conditionnée à celle des petits rongeurs dont elle se nourrit.

Active de jour comme de nuit, elle est d’ailleurs spécialiste de ce type de proie qu’elle n’hésite pas, profitant de sa morphologie, à poursuivre jusqu’au fond de leur galerie. Elle tue ses proies en les mordant à la base du crâne. Les campagnols forment l’essentiel de son régime alimentaire mais elle ne dédaigne pas les petits oiseaux, notamment ceux qui nichent à terre, et les jeunes de mammifères comme les lapereaux ou les levrauts. Au printemps et en été, elle consomme des œufs qui sont facilement reconnaissables car elle les gobe par un trou unique. Il lui arrive de stocker des proies en prévision des périodes de disette.

Les densités de belette sont très fluctuantes selon le cycle d’abondance des rongeurs. L’accouplement a lieu entre mars et août. Si la nourriture abonde, il y aura deux portées par an. Dans le cas contraire, la belette peut fort bien ne faire qu’une seule portée, voire aucune. Tout comme le putois, et contrairement à ses autres cousins, le blaireau, l’hermine, la martre ou la fouine, la belette ne subit pas d’implantation différée de ses ovules, sa gestation est donc courte : 35 jours.

La femelle met bas de 2 à 10 jeunes, dans un « nid » abrité. Ceux-ci sont aveugles : les yeux s’ouvrent à trois semaines. L’allaitement dure 6 à 10 semaines. Les jeunes s’émancipent à 3-4 mois et quittent leur mère à la recherche de nouveau territoire. La maturité sexuelle des femelles est très précoce : dès 4 mois. Les principaux ennemis de la belette sont les autres carnivores et les rapaces, diurnes et nocturnes.

Bien que très répandue dans l’Yonne, l’observation de ce petit mammifère est relativement difficile. Sa petite taille et sa vivacité, sont des atouts important pour la dissimuler aux yeux de néophytes. Les rencontres avec la belette se font le plus souvent au hasard de promenades alors qu’elle traverse un chemin ou une route.



Vous êtes ici :   Accueil » La belette