Vous êtes ici :   Accueil » La martre
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Agenda
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://verlin-demain.com/data/fr-articles.xml

Difficile d’observation en raison de son activité nocturne et crépusculaire, la martre est cependant une espèce bien présente dans l’Yonne.

Plus petite qu’un chat domestique (0,9 kg pour les femelles et 1,2 kg pour les mâles),

la martre possède un corps allongé au pelage brun, marron plus ou moins sombre. Sa fourrure est dense et soyeuse et sa queue touffue. Sa tête plutôt foncée se termine par un museau fin et une truffe noire. Une large bavette orne sa gorge.

La martre est une proche cousine de la fouine. Elle fait partie de la famille des mustélidés. Elle se distingue de cette dernière par des critères morphologiques qui sont notamment : la couleur orangée ou crème de la bavette (blanche chez la fouine), la forme de la bavette qui se termine en pointe entre les pattes (qui descend sur les pattes chez la fouine), la présence de poils sous les pattes (absents chez la fouine).

L’observation de la mâchoire ou de l’os pénien, qui présentent des formes ou des mensurations très différentes d’une espèce à l’autre, peut également compléter ces observations en cas de doute. De plus le lieu de vie de ces deux espèces diffère quelque peu puisque la fouine se trouve plutôt vers les habitations, voire en ville, alors que la martre est forestière.

Cependant dans un département comme l’Yonne avec un taux de boisement de près d’un tiers et des habitats dispersés, les deux espèces occupent souvent les même zones.

Capable de parcourir de longue distance au sol ou dans la cime des arbres, la martre se nourrit de petits rongeurs (mulots, campagnol,…), d’oiseaux et d’œufs. C’est une grande prédatrice d’écureuil, certaines études de régime alimentaire ayant estimé à environ 15% la part de ce dernier.

En période estivale et automnale, elle consomme beaucoup de baies et de fruits. Ponctuellement, elle peut occasionner des dégâts dans les petits élevages ou les ruchers, dont elle se régale de miel. En montagne, elle peut occasionner une prédation non négligeable sur des espèces sensibles comme le tétras lyre.

 Extrêmement agile, la martre peut courir très vite sur de courtes distances. Elle nage rarement, grimpe à la manière des écureuils en s’agrippant à l’arbre avec ses griffes et en réalisant une série de saut. La plupart du temps, elles vivent en solitaires et chassent seules.

Elle peut se reproduire à partir de 2 ans. Le rut a lieu en juillet août. La période comprise entre l’accouplement utile et la mise bas est très longue (259 à 285 jours) en raison du phénomène connu chez plusieurs mammifères, comme le chevreuil ou le blaireau, de l’ovo-implantation différée.

Les œufs fertilisés commencent à se développer puis rentrent en léthargie, libre dans le conduit utérin. L’arrivée des beaux jours déclenche l’implantation des œufs et la fin de la gestation réelle qui ne dure donc que 9 semaines. Les jeunes atteignent la taille adulte vers l’age de 3 mois.

En raison de sa rapidité et de ses talents d’acrobate, il vous faudra de nombreuses heures de patience pour observer ce fantôme de la forêt.



Vous êtes ici :   Accueil » La martre