Vous êtes ici :   Accueil » Le renard
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Agenda
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://verlin-demain.com/data/fr-articles.xml

Très abondant en France, le renard sait remarquablement s’adapter à la civilisation actuelle. On peut le rencontrer partout, aussi bien à proximité des agglomérations, où il exploite les décharges et détritus divers, que dans nos campagnes. Le renard s’identifie au premier coup d’œil à sa fourrure rousse. Il fait partie de la famille des canidés au même titre que le chien ou le loup. Contrairement aux apparences, le renard est animal de taille moyenne, plutôt bas sur pattes. Bien enveloppé dans une épaisse fourrure, il pèse de 5 kg à 10 kg.

En hiver, le renard passe la journée caché et part dés le crépuscule à la recherche de sa nourriture. L’été, du fait de la longueur du jour, il n’est pas rare de l’observer bien avant que le soleil ne soit couché. Son rythme d’activité est donc très variable en fonction des saisons, des disponibilités alimentaires, des dérangements et de ses besoins vitaux. Pour y subvenir, le renard comme les autres carnivores n’occupe pas l’espace au hasard. Il évolue sur une zone plus ou moins vaste qui représente son territoire. Celui-ci peut avoir une surface qui varie d’une cinquantaine d’hectares en milieu périurbain à plus de 1 000 hectares en zones peu riches en nourriture. Tous les auteurs anciens s’accordaient à considérer le renard comme exclusivement solitaire. Les recherches récentes tendent à nuancer ce jugement car le radio pistage a permis de démontrer que le renard était au contraire capable de communiquer et de constituer des groupes sociaux, permanents ou temporaires, au sein duquel le couple dominant accepte la présence d’individu de rang inférieur.

La période de rut se déroule en janvier. La femelle recherche rapidement un site de mise de bas en investissant ou en aménageant plus ou moins sommairement un terrier creusé par une autre espèce voire une cavité naturelle ou construction humaine. Elle ne creusera une galerie qu’en dernier ressort. En mars avril, après 53 jours de gestation, elle met bas de 3 à 7 jeunes qui sont aveugles pendant leurs 10 premiers jours. Durant les deux premières semaines de la vie des renardeaux, la femelle ne quitte pas le terrier et il est vraisemblable que le mâle, au moins une partie d’entre eux, se charge alors d’apporter la nourriture. Par la suite, la femelle laisse seuls ses petits mais revient les allaiter. Le sevrage est progressif. Il commence dés la 5éme semaine. Pendant l’été, les jeunes quittent le groupe familial.

Comme tous les carnivores, le renard vit de la prédation. Très opportuniste, il mange aussi bien des campagnols que des lapins. Ces deux proies arrivent largement en tête, mais d’autres sont également appréciées comme les détritus de l’activité humaine, les carcasses d’animaux, les volailles, les vers de terre ou les fruits de saison. A l’opposé le renard manifeste une aversion évidente pour les petits mammifères insectivores, musaraignes et taupes, qui ne sont consommés qu’en période de disette… Le dégoût pour ces proies est lié à la présence de glande sudoripares placées sous la peau des flancs de ces animaux et dont l’effet répulsif se manifeste chez les carnivores. L’impact de sa prédation, loin d’être négligeable, est toujours très étroitement lié au territoire qu’il fréquente. Cette espèce, à la ruse légendaire, sait parfaitement tirer parti de la richesse naturelle ou artificielle du milieu dans lequel il vit.

Sur le plan sanitaire, le renard peut être, entre autre, porteur de la rage et de l’échinococcose alvéolaire, deux maladies transmissibles à l’homme et aux animaux domestiques. Cette première maladie n’est plus présente en France depuis quelques années, ce qui n’est pas le cas pour la seconde qui fait actuellement l’objet de recherches scientifiques initiées par l’Entente interdépartementale de lutte contre la rage et autres zoonoses, l’Agence française de Sécurité sanitaire des aliments, avec l’appui technique des Fédérations départementales des chasseurs.



Vous êtes ici :   Accueil » Le renard