Vous êtes ici :   Accueil » Le merle noir
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Agenda
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://verlin-demain.com/data/fr-articles.xml

Commun partout en France, le merle noir appartient à la famille des « turdidés » comme les grives et le rouge gorge.

 Le mâle adulte a un plumage entièrement noir, le bec et le pourtour des yeux jaune-orange. La femelle est brune avec des taches brun-foncé qui parsèment sa poitrine brun- roussâtre. Son bec est jaunâtre avec une pointe brune.

 D’un poids de 70 à 150 grammes, le merle noir est un peu plus grand que la grive musicienne.

 A l’origine forestier, le merle noir se rencontre désormais aussi bien dans le bocage que sur les pelouses des jardins des villes. Il affectionne particulièrement les haies sans dédaigner la forêt où on le rencontre aussi bien dans les feuillus que dans les conifères. Souvent à terre, il recherche activement sa nourriture en grattant le sol. Opportuniste, il consomme des insectes et des vers de terre, mais aussi en été et en automne de nombreux fruits tels que les mures, les cerises ou des baies d’aubépine, de lierre …

 Le mâle défend activement son territoire, en particulier pendant la période de reproduction. D’un poste haut perché, il émet son chant, aux motifs sans cesse renouvelés, surtout à l’aube et au crépuscule.

 Les premières pontes sont déposées, début avril, dans un nid composé d’herbe, de brindilles ou de racines mais non garni de boue comme le fait la grive musicienne. Au bout de 13 jours d’incubation par « la merlette » seule, les 3 à 4 œufs de la couvée donnent naissance a des poussins « nidicoles », c’est-à-dire qu’ils sont dépourvus de plumes et restent donc dans le nid jusqu’à leur envol 13 à 14 jours plus tard. Chacun des parents vient alors les nourrir par alternance. Souvent 2 à 3 couvées se succèdent mais pas forcément dans le même nid. Beaucoup de nids subissent des pertes à la suite d’intempéries ou de prédation notamment par la pie bavarde ou le geai des chênes.

 En début d’automne la population française, qui en grande partie sédentaire, voit ses effectifs se renforcer avec l’arrivée des merles originaires du nord et du centre de l’Europe qui sont migrateurs. Pour exemple, un merle noir mâle bagué en Finlande le 08/06/2000 a été trouvé mort sur le bord d’une route à Villiers-Saint-Benoît en Puisaye le 10/02/2002. La migration a lieu surtout de nuit et certains individus vont jusqu’en Afrique du Nord. Les femelles sont plus migratrices que les mâles qui stationnent le plus longtemps possible sur leur territoire.

 À l’occasion de ces mouvements, le merle noir fait l’objet de prélèvements, notamment dans la moitié sud de la France où c’est un gibier très prisé avec la grive musicienne. 

 Depuis plusieurs années des opérations de comptages sont réalisées sur l’ensemble de la France par le monde de la chasse (Fédérations des chasseurs. /O.N.C.F.S.). Il s’agit à partir de points d’écoute de déterminer toutes les vocalises de ce turdidé, mais aussi de ses cousines les grives et de 7 autres espèces.

 En période de reproduction, tous ces oiseaux marquent en effet leur territoire par des chants spécifiques.

 Le merle noir manifeste une grande vitalité et son avenir n’inspire aucune inquiétude particulière.



Vous êtes ici :   Accueil » Le merle noir