Vous êtes ici :   Accueil » Le geai des chênes
Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Agenda
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://verlin-demain.com/data/fr-articles.xml

Passereau de la famille des corvidés, le geai des chênes est un oiseau commun des bois et des forêts. Avec un poids de 150 à 200 grammes, il est de la taille d’une tourterelle. Son plumage coloré, où alternent tons clairs et tons foncés, permet facilement de l’identifier au premier coup d’œil.

Le dos est brun rosé, le croupion blanc, la queue noire, la poitrine beige rosé. Sa tête, dont les plumes du dessus peuvent s'hérisser en une huppe arrondie, est grise et noire. La principale caractéristique du plumage reste cependant ses couvertures alaires, plumes situées sur les ailes, qui sont bleu azur délicatement barrées de noir et de blanc. Son bec est prolongé par une bande noire sous l’œil. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel, le mâle et la femelle possèdent un plumage identique.

Son vol est direct mais irrégulier. Le geai des chênes est un oiseau guetteur dont le cri strident alerte le sous-bois à l’approche d’un intrus ce qui fait qu’il est souvent plus entendu qu’observé.

Outre son cri rauque et perçant, il dispose d’un large registre vocal et il notamment capable d’imiter habilement la voix d’autres oiseaux. Généralement il est sédentaire et assez solitaire.

L’hiver les conditions climatiques peuvent le contraindre à devenir erratique voir à entamer une migration pour les populations les plus nordiques.

Le geai des chênes vit dans toute l’Europe, à l’exception de l’extrême nord, dans toute l’Asie continentale et en Afrique du Nord. Il fréquente essentiellement les zones boisées, notamment de feuillus, ou les bocages qui lui procurent gîte et couverts.

Dans l’Yonne, en raison du taux de boisement important, il est présent partout y compris dans les parcs et jardins urbains. Comme l’ensemble des corvidés, le geai des chênes est omnivore mais à dominante végétale.

Son régime alimentaire se compose principalement de glands et de faines, qu’il cache en automne en prévision de l’hiver. Les fruits cultivés (cerises) et les graines de céréales (maïs) peuvent également constituer une partie non négligeable de son menu.

Il est aussi un prédateur de lézards, de gros insectes, de campagnols et de couvées de petits passereaux (œufs et oisillons).

Fin mars début avril, les couples se forment et défendent leur territoire contre leurs congénères. Le nid, peu volumineux et plat, est constitué de brindilles et garni de fines racines. Il se localise sur une branche fourchue ou dans un buisson touffu, à une hauteur suffisante pour être à l’abri des prédateurs. La ponte, de 3 à 7 oeufs verdâtres très finement tachés de gris-olive, se déroule d’avril à juin. Dès que la couvaison commence, le geai des chênes devient pratiquement silencieux. L’incubation dure16 jours et les jeunes, nidicoles, quittent le nid à une vingtaine de jours.

Le geai des chênes est parfois la proie de rapaces plutôt forestiers comme l’autour des palombes ou l’épervier d’Europe qui fréquentent des milieux similaires. Sur le plan réglementaire, c’est une espèce « chassable » susceptible d’être classée « nuisible ».

Dans l’Yonne pour la campagne 2007/2008, il n’est que « chassable » et ne peut donc faire l’objet d’aucun prélèvement par piégeage. L’espèce se porte bien puisqu’il a été constaté une stabilité voire une progression continue de ses effectifs due à l’accroissement général des forêts (naturel ou de reboisement) en Europe.

Oiseau méfiant et toujours aux aguets, le geai des chênes n’usurpe pas son surnom de « sirène de la forêt ». Tout observateur a eu ou aura l’occasion de le vérifier, le jour où il verra ses efforts d’approche d’un animal, ruinés par le cri éraillé de cet oiseau « sentinelle ».



Vous êtes ici :   Accueil » Le geai des chênes